La production d’eau chaude

01 juin 2017
> Nos actualités > Revue de presse > La production d’eau chaude

Choisir un chauffe-eau solaire individuel (CESI)

 1. Le fonctionnement

Des capteurs (ou panneaux) solaires « captent » l’énergie solaire avant de l’acheminer via un liquide caloporteur jusqu’à un échangeur thermique et enfin, un ballon solaire : l’eau chaude sanitaire y est alors stockée et restituée selon vos besoins (selon votre situation, il peut couvrir jusqu’à 70% d’entre eux). 

2. L’installation

Attention ! Vous devez obligatoirement faire une déclaration de travaux auprès de votre mairie, voire une demande de permis de construire s’il s’agit d’une construction.

3. La surface de capteurs

Si le Sud est favorisé, il est possible d’installer un chauffe-eau solaire partout : il faudra simplement prévoir une surface de capteurs solaires plus importante

4. Le nombre d’habitants

Comme pour tout chauffe-eau, le nombre d’habitants déterminera vos besoins en eau, le volume du ballon et indirectement, la surface de capteurs. 

5. L’inclinaison des capteurs

Ils sont en général inclinés à 45° par rapport à l’horizontal et ajustés si nécessaire en fonction de critères esthétiques. S’ils sont intégrés à votre toit, ils en suivront alors la pente.

6. L’utilisation et l’entretien

Prévoyez un système d’appoint, en cas d’ensoleillement insuffisant. L’entretien n’est pas obligatoire mais toutefois recommandé si vous souhaitez prolonger la durée de vie de votre installation. Il doit être réalisé par un professionnel.

Choisir un chauffe-eau thermo-dynamique

1. Le fonctionnement

Le chauffe-eau thermo-dynamique fonctionne à partir d’une pompe à chaleur aérothermique, c’est-à-dire à partir de l’énergie contenue dans l’air.

2. L’installation

Vous noterez :

  • sa grande facilité d’installation ;
  • les aides financières auxquelles il donne droit ;
  • le peu d’entretien qu’il nécessite

3. Le coefficient de performance (COP)

Ce coefficient doit vous aider à choisir votre chauffe-eau thermo-dynamique. Il exprime en effet le rapport entre l’énergie nécessaire au fonctionnement de la pompe à chaleur et la chaleur effectivement restituée. Par exemple, si le COP affiché est 4, la pompe à chaleur consomme 1 kWh d’électricité pour 4 kWh de chaleur restituée. L’ADEME recommande un COP supérieur à 3,3. 

4. Les robinets thermostatiques

Finis l’allumage et l’extinction des radiateurs. Positionnés au niveau de l’arrivée d’eau chaude du radiateur, les robinets thermostatiques vous permettent de régler la température souhaitée. Vous profiterez ensuite automatiquement d’une chaleur stable. Attention aux pièces ouvertes aux courants d’air qui risquent alors de beaucoup mobiliser vos radiateurs.